Analyse d’un quartier en devenir du point de vue de ses habitants

Le regard de Lisa Sherpa, Stagiaire au CAUE 22 et étudiante à l'Institut de Géoarchitecture de Brest sur notre quartier...

Ancien quartier ouvrier, Robien connaît un fort renouvellement de sapopulation depuis ces dernières années et se révèle être un quartier en devenir, ce qui a été concrétisépar sa récente labellisation en tant qu'écoquartier en construction. Cette notion s’applique au quartier en termes de dynamique associative et deliens sociaux entre les habitants. Ainsi, une image positive du quartier s’est construite au fil des ans,renvoyant à un cadre de vie agréable.

La Ville de Saint-Brieuc a fait appel au Conseil d’Architecture Urbanisme Environnement des Côtes d’Armor (CAUE) pour l’accompagnement du CAR dans la mise en place de son écoquartier, notamment pourle projet du site du tertre de Marie Dondaine.C’est dans ce cadre que j’ai effectué un stage au CAUE ayant pour objectif de porter un regard neutre sur lespratiques et usages des habitants du quartier et de recueillir leurs aspirations pour ce dernier. Pour se faire,j’ai mené une trentaine d’entretiens semi-directifs avec divers acteurs du quartier: habitants, commerçants,membres associatifs ou tout simplement usagers.

Le quartier comptant plus de 3500 habitants, il est difficile d’affirmer que l’échantillon de personnesinterrogées est représentatif, mais mon travail avait pour but un premier état des lieux, pour comprendrequelles dynamiques régissent le quartier et quelles limites les habitants peuventlui attribuer.Ainsi, je souhaitais tout d’abord questionner les habitants sur leur perception de la notion d’écoquartier àRobien et j’ai pu observer que la labellisation était très bien perçue par la plupart,bien que le fait que lequartier soit déjà construit rende la projection d’unécoquartier difficile. Certains habitants affichent une réelle volonté de dialogue et de co-construction du projet. L’écoquartier est même parfois perçu comme unoutil de négociation avec les promoteurs immobiliers dont les projets fleurissent actuellement sur lequartier, sans prendre en compte les problématiques environnementales actuelles.

J’ai ensuite tenté de comprendre la façon dont les habitants pratiquent leur quartier et ce sous différentsangles. Tout d’abord, le quartier est peu doté en équipements et espaces verts, mais la proximité immédiatedu centre-ville, de la Vallée et du Plateau de Brézillet rendent l 'offre satisfaisante pour la plupart despersonnes que j’ai interrogées, bien que le départ de la Poste soit regretté. Les commerces de proximitéjouent ensuite un rôle important àRobien et provoquent une certaine nostalgie lorsqu’ils arrivent à fermer.Ainsi, la présence d’une seconde boulangerie et d’un second marchand de journaux manque à un grandnombre de personnes.Le quartier est bien desservi en transports en commun et le dispositif de Navette Coeur de Ville semblerencontrer un franc succès chez les habitants, qui peuvent désormais se rendredans le centre-ville ennavette gratuitement. La pratique du vélo est également présente, ien qu’une certaine insécurité soitressentie, et ce à l’échelle de l’agglomération.

Concernant le tertre Marie Dondaine, friche naturelle à l’Ouest du quartier, il reste méconnu de beaucoupd'habitants mais suscite l’intérêt. Son avenir est souhaité par le plus grand nombre en tant qu’espace vert,qui pourrait être égayé par la présence de mobilier de pic-nic etde barbecue, d’un jardin partagé, destructures de jeux pour enfants, de lunettes panoramiques...Quelques personnes ont également indiqué lapossibilité d’y faire des logements, exclusivement ou en complémentarité d’un espace vert, notammentsous forme d’habitat partagé.Je vous invite à lire un document disponible sur le site internet duCAR, restituant sous forme anonyme etchiffrée le résultat des entretiens que j’ai mené et livrant une réflexion plus étoffée sur l’avenir du quartier.


Je remercie chaleureusement toutes les personnes qui ont contribué à ce travail, en m’offrant de leur tempset en me partageant l’affection qu’ils ont pour leur quartier.

Lisa Sherpa, Stagiaire au CAUE 22 et étudiante à l’Institut de Géoarchitecture de Brest.


Pour avoir accès au document : cliquez ici

Vous pouvez  aussi demander le document à quartier.robien@gmail.com