Réchauffez vous le coeur avec de la poésie .. Prenez rendez-vous via le formulaire contact..

L'opération "Poésies d'hiver pour réchauffer le coeur " reprend avec la nouvelle année.
Elle a apporté beaucoup de plaisir aux personnes qui en ont bénéficié comme aux comédiens qui étaient à l'autre bout du fil.

L'une de ces comédienne : Aziza Hellal a bien voulu nous expliquer pourquoi elle avait accepté et ce qu'elle avait vécu ces rencontres téléphoniques.
Merci à elle et aux autres comédiennes et comédiens ainsi qu'à Frederic Grosche, leur professeur

Les coups de fil seront donnés du 11 au 22 janvier (en semaine) plutôt entre 18h et 20h. Si vous souhaitez bénéficier de ces coups de fil poétiques ou en faire profiter quelqu'un de votre entourage, envoyez nous un message via le formulaire de contact du site du Comité de Quartier en indiquant vos préférences (jours et heures)

 - Comment avez vous appris l'existence de Poésies d'hiver pour réchauffer le coeur?
C'est mon professeur de théâtre, Frédéric Grosche, qui en a parlé au groupe. Il nous a expliqué le principe et je me suis portée volontaire.

- Pourquoi avez vous accepté d'y participer?
J'ai toujours beaucoup écouté la radio et, petite, j'appréciais en particulier les histoires que racontait Pierre Bellemare. Sans le support de l'image, on peut laisser libre cours à son imagination. Une histoire qui nous est contée prend son essor dans le texte qui nous est confié et se nourrit de ce que l'on est. Ainsi, la même histoire évoque des choses différentes pour chaque personne et devient unique, même si elle est retransmise au même moment pour des milliers de personnes. Par ailleurs, avec les confinements, nous avons été privés de contacts et de proximité avec les autres. Et, sans cette proximité, l'énergie d'un spectacle vivant ne peut passer. Elle se dessèche et se retrouve "zoomifiée". C'est terriblement frustrant. Je voulais donc saisir cette belle opportunité de partager un instant d'évasion avec de parfaits étrangers. De tendre un fil de connexion émotionnelle entre deux inconnus grâce à un texte comme on le fait au théâtre.

 - Comment avez vous choisi les textes?
Frédéric nous a proposé une sélection de poèmes et j'en ai cherché d'autres. Ensuite, j'ai choisi ceux qui me "parlaient" le plus et ceux que mes interlocuteurs pourraient avoir le plus de plaisir à entendre. Comme je suis d'une nature plutôt optimiste et enfantine, j'ai choisi l'histoire d'un merle qui sent déjà le printemps arriver et celle d'une personne qui découvre, en décembre, des animaux féériques créés par le givre sur sa vitre.

 - Comment vous êtes vous préparée?
Une fois la sélection faite, nous avons travaillé au téléphone avec Frédéric. Pour le coup, cela s'y prêtait parfaitement. Pour commencer, nous avons lu les poèmes pour comprendre leur structure et repérer la ponctuation. Ensuite, il m'a fait travailler les pauses entre les vers, pour laisser à l'auditeur le temps de faire naître les images. Nous avons aussi joué sur le rythme : saccadé pour l'impatience d'un merle et plus fluide pour évoquer les beaux animaux de givre. Et, bien sûr, en y mettant l'émotion correspondant à ce que disait chaque strophe ou vers.

- Comment se sont passés vos rendez-vous téléphoniques?
Très bien mais j'avais le trac. Je prenais toujours quelques minutes avant de "sauter dans le vide" et d'appeler. Même si les personnes ont souhaité être appelées, on peut tomber au mauvais moment et j'avais toujours peur de déranger. Puis je me présentais en disant que j'appelais dans le cadre des "poèmes à l'oreille" et je demandais à la personne si elle était disposée à entendre un poème. Puis nous échangions avec les personnes qui me disaient ce que ces poèmes leur évoquaient. J'ai toujours reçu bon accueil et tout le monde m'a remercié.

 - Avez vous des anecdotes?
Pour mon premier appel, j'avais choisi une femme, pour me mettre en confiance. Mais je tombais mal et elle m'a demandé d'appeler un autre jour. Il m'a fallu dix minutes pour me remotiver et appeler la personne suivante. Mais ... j'avais un faux numéro ! Et pour finir, j'ai appelé le dernier numéro que j'avais et là, j'ai reçu le meilleur accueil dont je pouvais rêver. C'était un couple qui a mis le haut parleur et qui m'a écoutée avec beaucoup d'attention et de bienveillance. L'aventure était lancée ! Je les remercie chaleureusement.

 - Que vous ont apportés ces rencontres?
L'occasion d'échanger avec des personnes que je ne connaissais pas et de découvrir des amateurs de poésie. Je suis parfois restée longtemps au téléphone avec des personnes passionnantes qui m'ont appris des choses. Le plus drôle étant qu'on se croise peut-être toutes les semaines au marché sans le savoir ! L'envie de faire une émission radiophonique à partir d'œuvres théâtrales, littéraires ou poétiques pour que cette aventure perdure et ne soit pas limitée à ces temps de disette artistique. Mais surtout, surtout, le plaisir d'interpréter un texte et de transmettre une émotion à un auditeur.

 -Que pensez-vous avoir apporté?
Une petite bulle d'évasion poétique. Une parenthèse dans un quotidien forcément bousculé en ce moment ou tout simplement un peu trop solitaire. De jolies rêveries d'hiver aussi, je l'espère ..

.- Comment abordez-vous cette deuxième édition?
Comme la première, avec une envie et une curiosité intacte. Et avec toujours le trac de dire ces deux nouveaux poèmes.