L’histoire des grands axes de circulation dans le quartier de Robien à St Brieuc

  • L’histoire des grands axes de circulation dans le quartier de Robien à St Brieuc 0
  • Plan 1801, une route principale traverse le centre de Robien (rue Jules Ferry de nos jours), une seconde plus petite va aussi vers Quintin (rue Luzel de nos jours)
    Plan 1801, une route principale traverse le centre de Robien (rue Jules Ferry de nos jours), une seconde plus petite va aussi vers Quintin (rue Luzel de nos jours)
  • Plan non daté mais on remarque que le boulevard Hoche n''est pas encore prolongé (il le sera en 1947). Robien est déjà assez urbanisé. On voit bien les différents lotissements des années 30.
    Plan non daté mais on remarque que le boulevard Hoche n'est pas encore prolongé (il le sera en 1947). Robien est déjà assez urbanisé. On voit bien les différents lotissements des années 30.
  • 1892, les trois grands axes sont bien visibles
    1892, les trois grands axes sont bien visibles
  • 1897, on note l''importance de l''emprise de la gare et la place occupée par l''usine des Forges et Aciéries.
    1897, on note l'importance de l'emprise de la gare et la place occupée par l'usine des Forges et Aciéries.
  • 1905, on voit apparaitre plusieurs voies transversales (Guébriant, Hoche)
    1905, on voit apparaitre plusieurs voies transversales (Guébriant, Hoche)
  • Plan 1814.
A gauche de l''image, la petite route de Quintin (rue Luzel actuelle). A droite de l''image, la grande route de Quintin (rue Jules Ferry actuelle).
    Plan 1814. A gauche de l'image, la petite route de Quintin (rue Luzel actuelle). A droite de l'image, la grande route de Quintin (rue Jules Ferry actuelle).
  • Plan époque actuelle
    Plan époque actuelle
  • Plan non daté des archives municipales. On peut l''estimer du début du XXe siècle.
    Plan non daté des archives municipales. On peut l'estimer du début du XXe siècle.
  • 1902, la Croix-Péron est un noeud stratégique dans le quartier et ne cessera de prendre de l''importance
    1902, la Croix-Péron est un noeud stratégique dans le quartier et ne cessera de prendre de l'importance
  • Plan non daté mais probable de la fin du XXe siècle.
    Plan non daté mais probable de la fin du XXe siècle.
  • Plan 1801, une route principale traverse le centre de Robien (rue Jules Ferry de nos jours). Le rocher Martin est le lieu de l''ancienne clinique radiologique donc Robien est tout en bas de ce plan.
    Plan 1801, une route principale traverse le centre de Robien (rue Jules Ferry de nos jours). Le rocher Martin est le lieu de l'ancienne clinique radiologique donc Robien est tout en bas de ce plan.
  • Suivant
  • Precedent
  • Vignette 0
  • Vignette 1801planrobien
  • Vignette 1861
  • Vignette 1892pichard
  • Vignette 1897plan
  • Vignette 1905plandedalmarbn
  • Vignette captured’écran2020-04-09à14.14.14copie
  • Vignette captured’écran2020-04-27à14.42.30
  • Vignette archivesmunicipalesnondaté
  • Vignette plan1902copie2
  • Vignette planrobiennondatébelorient
  • Vignette robienen1801

Un quartier longtemps traversé par deux grands axes

Remontons jusqu'en 1801 pour découvrir l'évolution de notre quartier




Jusqu'au milieu du XIXe siècle, le secteur de Robien ne fut qu'un lieu quasiment inhabité que l'on traversait pour aller de St Brieuc à Quintin, première ville d'importance avant de rejoindre plus au sud Lorient ou Quimper.


Du centre ville de St Brieuc les deux axes qui se dessinent sont :

- la route de Quintin (qui deviendra la rue Jules Ferry). C'est le grand axe qui traverse Robien. 

- la petite route de Quintin (rue Luzel de nos jours)



Mais en dehors de maisons le long de ces deux routes, vers 1850-1860, le quartier de Robien n'avait pas d'existence en tant que tel. Il était éloigné du reste de la ville, on n'y trouvait quasiment que des champs, des prés et très peu d'habitants.
Il faut attendre l'installation, en 1855, de l'établissement des sourds et muets et l'arrivée du chemin de fer, en 1863, pour que Robien se développe progressivement.

Une autre étape importante est l’installation en 1873 de l'usine des Forges et Laminoirs qui s'élève sur de vastes terrains situés derrière la gare.

L’étude des plans successifs du quartier depuis 1801 nous apporte des éclairages sur l'évolution de Robien et sur les grands axes de circulation du quartier.

Retenons aussi que le quartier est limité à l'ouest par la vallée de Gouédic et sera limité à l'Est quand le chemin de fer arrivera sur le quartier.

Cette analyse des plans nous permettra ensuite de bien comprendre le développement des rues à Robien. Ce sera l’objet d’un autre article.


Les plans de 1801, 1814, 1892, 1897 et 1902


Commencez si vous le souhaitez par voir les différents plans.
Vous pouvez les agrandir en cliquant sur l'image.



PLAN DE 1801

Un premier plan cadastral de 1801 met en évidence la route de Quintin qui est le grand axe qui traverse Robien, un secteur représenté sans aucune construction. Même si la qualité de la reproduction du plan n'est pas très bonne, on ne distingue que des champs et des chemins qui se terminent en impasse.

La petite route de Quintin (rue Luzel de nos jours) est également présente.

Une carrière est signalée, c'est « la carrière du rocher Martin».


PLAN DE 1814

Un deuxième plan cadastral de 1814 nous donne une idée des deux grands axes qui traversent Robien :

Le premier axe est« La petite route de Quintin à St Brieuc » (dans le secteur du Pré Tison et de la rue Luzel).
C’est en fait le prolongement de la rue Cordière qui part du centre ville.

Le deuxième axe est appelé « la Grande route de Quintin à St Brieuc » (rue Jules Ferry de nos jours). C’est le prolongement du chemin des chèvres (qui deviendra la rue de la gare).


PLAN DE 1892

En 1892 L’arrivée du chemin de fer a bouleversé le quartier qui s’est retrouvé coupé du centre-ville dans l'axe central (route de Quintin appelée jules Ferry de nos jours).

On retrouve une petite route qui conduit de Quintin à St Brieuc » (dans le secteur du Pré-Tizon et de la rue Luzel).

La rue du Pré-Tizon perd de son importance puisqu'elle se voit coupée de la rue Cordière dont elle était le prolongement.


On remarque que la « Grande route de Quintin à St Brieuc » est appelée « Route de Lorient » mais c’est bien ce qui deviendra la rue Jules Ferry. Elle est le prolongement de la rue de la Gare, malheureusement coupée par la voie ferrée. Il faudra attendre la passerelle en 1909 pour qu’une continuité soit établie mais uniquement pour les piétons.

Pour rattraper "la route de Lorient", on a créé un boulevard le long de la voie ferrée (il sera ensuite appelé bld Carnot)

Enfin, on a « Le chemin de Robien » qui deviendra la rue de Robien prolongé plus tard par la rue Jean Jaurès.


PLAN DE 1897

Sur ce plan de 1897, la route de Lorient est appelée « Route de Ploufragan ».

Le boulevard Carnot est indiqué, il permet d’accéder à la grande usine des « Forges et Aciéries ».
Le chemin de Robien devient « La rue de Robien » On voit aussi « la rue des Sourds-muets ».


PLAN DE 1902
En 1902 Dans les grands axes nord-sud, on a :
- la Route du Carpont (ex petite route de Quintin, rue Luzel de nos jours)
- la Rue Jules Ferry
- la Rue de Robien
- la Route de la croix Perron
- Dans les boulevards ou rues transversales on a : Le boulevard Carnot, la rue Guébriant et le boulevard Hoche.

Conclusion : Il y a deux siècles, nous avions déjà deux axes majeurs Nord/Sud à Robien, qui sont aujourd'hui appelés la rue Jules Ferry et la rue Luzel. La rue, appelée Abbé Garnier de nos jours, s'est développée plus tardivement. C'est l'axe qui permet aussi d'aller vers Langueux, une voie de circulation qui ne cessera de se développer.

Article à suivre : la désignation des rues

Sources

1801. Plan géométrique de la ville et des faux-bourgs de Saint Brieuc, donné au conseil municipal de la même ville par l'ingénieur en chef des ponts et chaussées du département des Cotes du Nord. Site des archives municipales

Plan de la ville de St-Brieuc et de ses environs en 1892, 1/15 000 / dressé par Ch. Pichard, dessinateur. Disponible sur le site de la Bibliothèque nationalePlan de la ville de Saint-Brieuc et du port du Légué / dressé par MM. Sebilleau ; et Thomas.1897. Site des archives municipales

Plan de la ville de Saint-Brieuc avec en légende les différentes routes, chemins, chemin de fer et longueur classée pour les chemins de grande communication, chemins d'intérêt commun, chemins de petite communication. Site des archives municipales. Cote 5Fi367

Plan de la ville de Saint-Brieuc et des environs / dressé par M. Dalmar Jean. 1905 disponible sur le site de la Bibliothèque nationale.

Recherches Richard Fortat. Avril 2020. Transmettez vos remarques et compléments d'information à l'aide du formulaire de contact, merci d'avance.