Le mythe et la réalité. (Billet de Gérard)

Ces jours-ci, je repense au mythe grec du rapt d’Europe par Zeus, amoureux d’elle. Il se déguise en taureau blanc et l’enlève alors qu’elle vit paisiblement parmi les nymphes…
En Ukraine, le taureau n’est pas blanc, il est noir, très noir, il n’est pas amoureux mais agressif, il viole Europe et veut la détruire, l’effacer… Brutal, il transgresse toutes les lois.

Et le blanc de la neige tombe sur des ruines, sur les gravats et les corps anéantis que le taureau noir laisse sur son passage sans même voir dans ces ruines et avant elles les maisons que ses frères ont construites pour vivre leur vie à leur manière, le plus librement possible…

Les flocons recouvrent peu à peu les choses, et le taureau noir continue ses ravages, jusqu’où, jusqu’à quand ? Je revois Zeus emportant tendrement Europe… Je vois maintenant ce taureau noir enrageant de n’être pas assez aimé pour ce qu’il est, brutal, et se voulant être le maître d’un monde… Mais ce monde n’est pas à lui, ni à personne, le sait-il ?...