image
image
Il pleut sur Robien (Jean-Claude Le Chevère)

il pleut sur robien (jean-claude le chevere)

 Il pleut sur Robien. Depuis hier les voitures peuvent se croiser boulevard Carnot. Et pendant ce temps-là le chantier continue. Temps de chien, temps de Toussaint ! Attention, tu dérapes, tu dérailles ! On est en mars depuis un bail… Et les piétons, sale temps pour leurs ripatons ! « On dirait qu’ça t’gêne de marcher dans la boue », chantait l’autre. Ils n’ont pas le choix, les piétons, s’ils veulent atteindre la passerelle sous le crachin du jour.

Il pleut sur Robien. Octave Brilleaud n’accueille plus que les détenteurs de ticket. Et ne libère que ceux qui l’ont réglé. Ticket d’entrée, ticket de sortie. « Gimme a ticket for an aeroplane », éructait Joe Cocker après les Box Tops. C’était hier… ou avant-hier. Ici, plus question d’envol. On colle au bitume, sous la pluie, bien entendu.

Il pleut sur Robien. A l’abri d’un auvent le ton monte d’un cran.

« Trop de place pour les arbres et les cyclistes ! Pas assez pour les voitures ! crie l’un.

-Vous marchez sur la tête ! répond l’autre. On est assez enfumé comme ça. N’en rajoutez pas ! »

Vont-ils en venir aux mains ? Jeux de mains jeux de vilains, c’est bien connu.

 « Fallait pas démolir l’ancienne passerelle, reprend le premier. Elle appartenait à notre patrimoine : Harel de la Noë, Louis Guilloux e tutti quanti. La preuve, la nouvelle n’est qu’une fausse élégante qui n’arrive pas à masquer ses défauts : arthrose, pustules et fuites diverses. J’en passe et des meilleures.

 - Je ne vois pas le rapport, réplique le second. Ses imperfections, on va bien finir par les effacer. Ce qui était devenu impossible pour l’ancienne. Trop vétuste, trop dégradée… »

Irréconciliables ces deux-là. Heureusement, leur dispute n’empêche pas le chantier d’avancer.

Et pendant ce temps-là il pleut toujours sur Robien. Les parapluies sont de sortie. Les voitures migrent vers le sud. A la recherche du soleil ? Pas du tout ! Plutôt en quête d’un parking gratuit. Rue Aristide Briand une esthéticienne vient d’ouvrir boutique. Confions-lui la passerelle, qu’elle lui donne un premier coup de jeune avant qu’elle ne vieillisse prématurément.

Il pleut sur Robien. Mais, chacun le sait, après la pluie le beau temps. En attendant gardons la foi, croyons en un avenir radieux. Méfiance quand même parce que ça on nous l’a déjà fait !

photo : Seb Uguet



Aucun message n'a été posté !